Vivre à Garancières

Témoignage sur la vie à Garancières au début du XXème siécle, ces cartes postales et photographies nous prouvent que si le travail a toujours occupé une place importante dans l’activité des Garancièrois, ceux-ci ont toujours su aussi profiter de bons moments.

  • Image avant
    Image après

    Obligations ménagères pour les femmes. (Cartes de 1907).

  • Image avant
    Image après

    Travaux des champs pour les hommes.

  • Image avant
    Image après

    Texte de la carte de gauche: "Quelques jours avant d'aller en prisonLe Président du soviet de Garancières".

    Après des combats éprouvants et meurtriers, "le 13 février 1919, les personnes, les chevaux et le matériel passent au C.O.A de Garancières (Seine et Oise) où les 1e S.M.I et 2e S.M.A sont dissoutes."  (extrait : historique du Parc d'artillerie de la 34è Division)

    A droite, photo de l'arrivée des américains en 1944.

  • Image avant
    Image après

    Photos de l'arrivée des Américains en 1944.

  • Image avant
    Image après

    Portique construit en 1889 comme l'atteste l'article du Réveil de Rambouillet à lire dans la revue de presse du 18 mai 1889.

  • Image avant
    Image après

    D’après les archives de la commune, l’école, sise rue de l’Eglise, accueillait 90 enfants en 1818, dans une bâtisse en terre battue, aux murs suintant d’humidité et à l’atmosphère irrespirable. En 1872, la commune loue rue du Puits une maison qui devient école de filles avec la nomination Melle  institutrice Marie Anne, institutrice. L’ancienne n’accueillait  alors plus que des garçons et l’instituteur qui officiait comme secrétaire de mairie.

  • Image avant
    Image après

    Grandir à Garancières.

  • Image avant
    Image après

    Jeux d'enfants.

  • Image avant
    Image après

    Déjeuner sur l'herbe au château du Moulinet pour Henriette et Maurice présents sur cette carte du 25 août 1907 ou partie de pêche à la mare de Millemont (1908)

  • Image avant
    Image après

    Sur la carte de droite datée du 1er août 1919, Albert, en permission pour quelques jours à Garancières était impatient car sa classe était démobilisable à compter du 8 août.

  • Image avant
    Image après

    Canotage.

  • Image avant
    Image après

    Journée à l'étang de la Pimardière. D'après la carte de gauche de 1907, son auteur "y avait cueilli un gros bouquet de muguet"

  • Image avant
    Image après

    Fanfare.

  • Image avant
    Image après

    Retraite aux flambeaux et et fanfare lors de la fête de la Saint Pierre de 2017.

  • Image avant
    Image après

    Fanfare.

  • Image avant
    Image après

    Manèges, retraite aux flambeaux, bal...étaient déjà au programme de la Saint Pierre en 1889 (Détails de la fête dans la revue de presse du 29 juin 1889).

  • Image avant
    Image après

    Sur la carte de gauche, un cirque s'était installé sur la place Saint Pierre.

  • Image avant
    Image après

    Ce dimanche à 9h30, après un discours très applaudi , Monsieur Noël Benoit, maire de Garancières,  a procédé au couronnement de la reine des reines puis flanqué de son garde champêtre et son lieutenant de pompiers à celui de la rosière.

  • Image avant
    Image après

    Les coupures de journaux relatent la cavalcade du 27 mai 1928.

  • Image avant
    Image après

    A 11h 50, le cortège composé de 9 chars admirablement décorés, de nombreuses voitures fleuries et de 150 personnes costumées s'ébranle et quitte Garancières pour une longue randonnée dans les communes avoisinantes...Millemont, La Queue, Galluis, Boissy, Auteuil, Thoiry, Flexanville, Orgerus, Behoust qui lui avait préparé un accueil chaleureux.

    A 19h 30, retour à Garancières où chacun a eu droit à un apéritif bien mérité, avant d'aller danser jusqu'à 5h du matin.

  • Image avant
    Image après

    Le 18 mai 1913, Garancières faisait la une du quotidien l'Excelsior. En effet, il relatait les inondations survenues dans notre village 3 jours auparavant. Comme l'atteste la carte postale dont le cliché a été pris 2 heures après ainsi que les photos parues dans le journal, l'orage a été particulièrement violent.

  • Image avant
    Image après

    Garancières et Montfort L'Amaury ont particulièrement souffert.

    Le cyclone qui s'est abattu sur la région de Montfort l'Amaury a pris des proportions considérables. A Garancières, des maisons se sont écroulées, des fermes ont été inondées, du bétail noyé. Un pensionnaire de l'hôpital de Montfort l'Amaury a trouvé la mort dans le sinistre. Les secours furent retardés par le mauvais état des routes. Sur la ligne de Chartres, l'inondation produisit de profondes excavations; grâce à l'activité des ingénieurs et du personnel de la voie, des lignes supplémentaires furent établies et la circulation put reprendre. (article de la 1ère page de l'Excelsior)

  • Image avant
    Image après

    L'article relatant cette catastrophe peut-être consulté dans la revue de presse. (18 mai 1913)